Entre deux Guerres

         1919: Retour des réfugiés

Fondation du magasin "Coop" de Lissey, géré d'abord par Mme Vve COLLIN, puis sa fille, Mme LAVALLEE-COLLIN, puis sa petite-fille Mme L'HONORE.

          20 janvier 1919: Le Ier corps d'armée US fait exploser un dépôt de munitions, près de l'ancienne gare de Lissey, abandonné par les allemands. Celui-ci contenait 3000 obus, 1500 grenades, et beaucoup de dynamite. Neuf explosions furent nécessaires.

          8 février 1919 : Enterrement de madame veuve QUINTALET, décédée la veille à 3 h du matin. Inhumation au cimetière de LISSEY à 9 h du matin. ( R. SOREL )

          27 avril 1919 : Un nommé LAVALLEE Constant, de Lissey, âgé de 44 ans, s’est suicidé en se tirant un coup de fusil dans la gorge, le dimanche 27 avril, à midi. Son enterrement a eu lieu au cimetière le lendemain à 10h 30. (R. SOREL)

.Marc RICHARD : Mes grands parents rentrent au village dans des maisons saccagées. Reconstruction progressive au cours des années qui suivent. Une association, dite <<des régions libérées>> se met en place pour mener à bien ces opérations.

          20 juin 1919 : Reprise partielle du trafic sur le tronçon Louppy-Remoiville à Damvillers de la ligne Montmédy-Verdun. La gare de Lissey-Ecurey travaillait avec trois fabricants de chaussures situés dans les deux villages. L’un d’eux employait 30 ouvriers. Les cuirs bruts et les chaussures terminées étaient confiés au chemin de fer. En gare de Bréhéville existait une grosse briqueterie aujourd’hui détruite. Les besoins de la reconstruction des villages étaient importants. Les briques et tuiles cuites étaient chargées sur des wagons plats   ( Sur les rives de l’Othain n° 43 ).

          10 décembre 1919: HORNARD Marius, maire.

RICHARD Prosper, adjoint. Conseillers: ROUYER Paul, COLLIN Eugène, de CHARDON Henri, ROUYER Vital, LAVALLEE Adolphe, RICHARD Gustave, LEJEUNE Jean Baptiste, RICHARD Théotime.

          1920: Paroisse de Lissey rattachée à Bréhéville

          23 janvier 1920: Démission de HORNARD Marius, maire.

          05 février 1920: RICHARD Prosper, maire.

ROUYER Paul, adjoint. Conseillers: COLLIN Eugène, ROUYER Vital, LAVALLEE Adolphe, RICHARD Gustave, HORNARD Marius, LEJEUNE Jean Baptiste, RICHARD Théotime, de CHARDON Henri.

          Ier nov. 1920 - Dossier des dommages de guerre de Lissey

Total :53.915,53  et  122.616,63

          19 décembre 1920 : Le C.M., vu la protestation de la Municipalité de Reims, se joint à cette protestation, juste et légitime. Le C.M. demande que les crédits fixés à 12 milliards, soient maintenus.

Le C.M. demande qu’il ne soit opéré aucune réduction sur les crédits nécessaires aux R.L.

Le C.M. demande surtout qu’un emploi judicieux soit fait des crédits votés. Que ces crédits soient employés pour le bien des sinistrés et que les dépenses administratives, les dépenses nécessaires pour les bureaux et les employés beaucoup trop nombreux soient considérablement réduits.

Le C.M. porte l’indemnité accordée à la maîtresse de couture à 200 F.

Demande de création d’un chemin dans la côte de Lissey : Le Conseil Municipal à l’honneur d’exposer à Monsieur le Préfet que la côte de Lissey(côte nord-ouest du village), côte qui avant la guerre était couverte de vignes, est actuellement pour ainsi dire en friche. La plupart de ces terrains ne peuvent être remis en culture et ce faute de chemin y accédant. Chemin indispensable pour y conduire du fumier, rentrer les récoltes, etc...Le Conseil Municipal a l’honneur de prier Monsieur le Préfet, d’autoriser la commune de Lissey a créer ce chemin et de faire décréter ce chemin d’utilité publique afin que l’expropriation d’une bande de terrain d’une largeur de six mètres soit prononcée en cas où l’expropriation serait nécessaire.

          1921: 221 habitants

          Cantonnier: Deseaux Edmond (1862); sage-femme: Collin Sidonie (1882) née à Réville

          Construction du chemin dit des vignes.

          5 février 1921 : Le Ministre de la Guerre cite à l’ordre de l’Armée le village de Lissey : « A, pendant plus de quatre années, supporté vaillamment le joug allemand. Malgré les souffrances et les dommages subis par les violents bombardements dont elle a été l’objet, s’est toujours signalée par sa confiance inébranlable dans le succès final ».

          20 février 1921 : Achat d’une pompe à incendie pour 4852 F, chez Charton et Colin Successeurs.

Le Conseil Municipal demande l’autorisation de louer le presbytère. Mise à prix 120 francs. Aile gauche du presbytère. Et de louer également le verger du presbytère.

Le Conseil décide que la vaine pâture sera ouverte à partir du 15 septembre 1921

          1 avril 1921 : Le Conseil loue, dans la parcelle 25, la concession d’une carrière à MM. Auffray et Cie entrepreneurs à Vilosnes, devant servir à la reconstruction des immeubles détruits par la guerre dans les villages de Lissey, Ecurey et environs. La redevance est fixée à 1500 F. et la concession doit cesser le 31 décembre 1921.

          7 avril 1921: M. BOURRY François, chef cantonnier à la société des chemins de fer économiques à Lissey.

          10 juillet 1921 : Vu la grande sécheresse, le conseil sollicite l’autorisation de laisser pâturer le bétail de Lissey dans les bois communaux. Bois-bas, coupes ordinaires de 1 à 10 et réserves de I à IX.

          16 décembre 1921 : Le Conseil décide d’acheter un fourneau pour l’école (305 Frs). Celui actuellement dans la salle des fêtes.

          23 octobre 1921 : Le C.M., vu la lettre de Monsieur le Préfet Service Direction Générale Services Techniques de la Reconstruction <Contentieux et Baux>. En date du 29 novembre 1921, n° d’ordre 064697,dans laquelle il est dit : la baraque de construction allemande sise à l’entrée S F de Lissey, d’une superficie de 37 m2, 80 pourra vous être cédée au prix de 5 F. le m2 soit 189 F. Le C.M. à l’unanimité décide que la commune achètera cette baraque pour 189 F.

          1922: 10 février 1922 : Le C.M. demande l’autorisation de louer la baraque de la Croix Verte : mise à prix 10 F./mois. Entrée en jouissance à commencer du Ier mars 1921.

          14 mai 1922 : Avant la guerre, 4 adductions aboutissaient aux lavoirs et abreuvoirs.

La commune projette de doter Lissey d’une adduction d’eau potable avec réservoir et service incendie à l’aide des sources alimentant le lavoir.

          22 juin 1922 : vote pour l’achat de cloches et de l’horloge de l’église ( marchés de gré à gré entre le maire  M.RICHARD (cloches) et Mrs. CHARTON et COLIN de Nancy (horloge).

          Aubergiste: Rouyer; Boulanger: Collin; Chaussures: Collin-Denef; cordonnier: Curé; distillateur: Richard (Pr.); épicier: Collin; grainetier: Collin; meunier: Collet et fils; perruquier: Lejeune; plafonneurs: Bernard, père et fils; tabac: Rouyer. Garde-forestier: Bontemps. Garde-champêtre: Collin E. Distillateurs: J. Bon, J. Richard.

          22 août 1922: PATOCHE François Théotime, vigneron, nommé garde-champêtre en remplacement de SIROT Constant démissionnaire.

         15 août 1922: L'orage qui a sévi sur la région dans la nuit du 14 au 15 août a été particulièrement violent. La foudre est tombée sur le clocher. La récolte a été endommagée. (L'Avenir de Montmédy).

          Vitraux de l'église, simples et semblables, fait à Paris.

          1923: Première automobile à Lissey (Mr GENIN)

           Monsieur GENIN Henri, professeur à Metz, revenait au village de temps à autres. C’était une véritable expédition, selon ses dires : crevaisons systématiques à chaque voyage, réparations sur le bord de la route. Celles-ci n’étaient pas encore goudronnées.

           2 avril 1923: Bénédiction des cloches. L'une est appelée: Agnès Madeleine et a pour parrain Prosper Richard, maire; pour marraine, Madeleine Richard. L'autre est nommée: Jeanne Florine et a pour parrain Léon Saintvanne et pour marraine Florine Richard. Elles remplacent la grosse cloche enlevée en 1917 par les Allemands. Baptisée par l'abbé Lesage, doyen de Damvillers. Curé A. Toquet.

          30 avril 1923 : Considérant que le village de Lissey étant très resserré , la place manque pour l’établissement des fosses aux distances réglementaires et que les réparations des dommages ne sont pas encore terminées et occupent la population, le C.M. sollicite l’autorisation de laisser les fumiers en dépôt comme par le passé.

          22 juillet 1923 : Installation du téléphone chez Monsieur ROUYER Charles : débitant et receveur buraliste. Gérant : ROUYER Charles ; suppléant : Mme veuve ROUYER Pauline

          19 août 1923 : Le C.M. demande l’autorisation de vendre la baraque de la Croix Verte, pour la faire démolir.

Epiciers: Union des coopérateurs de Lorraine, gérant: Lavallée; Collin.

          1924: 16 avril 1924 : Réinstallation de l’électricité à LISSEY

          9 novembre 1924 : Il est question de supprimer ( déjà ) l’école de LISSEY. Le Conseil s’y oppose fermement, arguant : qu’il y a deux classes à ECUREY et que les mariages nombreux et les naissances qui en découlent augmenteront sensiblement l’effectif scolaire. D’autre part, les enfants de la petite Lissey devront alors venir à LISSEY.

Garde champêtre: Patoche; secrétaire de mairie: Henry.

          20 juillet 1924: Inauguration du monument aux morts de Ecurey

          1925: 18 janvier 1925 : Arrêté municipal : La vitesse des automobiles, cyclistes et motocyclistes est limitée à 10 kms à l’heure dans le village.

          I février 1925 : Installation de la ligne téléphonique LISSEY- DAMVILLERS

          17 mai 1925 : Prosper RICHARD, maire ROUYER Paul, adjoint(1886)

Conseillers : LAVALLEE Adolphe né en 1877, RICHARD Prosper(1853), RICHARD Arthur(1889), ROUYER Vital(1864), COLLIN Eugène(1866), RICHARD René(1897), BON Jules(1893), SIROT Constant(1869), CHABOT Achille(1872), tous cultivateurs.

Le Conseil décide l’achat d’un taureau communal pour la somme de 2400 F.

          12 juillet 1925 : Le Conseil approuve le devis ( 550,85 F ) pour la construction d’un lavoir  en face de l’église et un réservoir d’eau.

          8 novembre 1925 : Le Conseil décide la destruction du presbytère menaçant de tomber en ruine

Le Conseil décide d’allouer une prime de 100 F. à chaque naissance

           Monsieur Isidore Willaume, commis principal d'ordre et de comptabilité au ministère des Finances, à Paris, vient d'être nommé percepteur à Consenvoye. M. Willaume est originaire de Lissey-la-Petite. Nos félicitations jes plus sincères au nouveau fonctionnaire et à sa famille. La Croix Meusienne.

          1926: 194 habitants

          Paroisse de Lissey rattachée à Ecurey-en-Verdunois

          22 août 1926 : Le C.M demande que le train Montmédy-Verdun qui rend de très grands services, soit maintenu

Vote par oui ou par non pour savoir si la délibération votant 100 F. comme prime à la natalité doit être maintenue, considérant que la charge serait trop forte pour la commune .Il y a 5 non et 3 oui : en conséquence la prime à la natalité ne sera pas maintenue.

          13 septembre 1926: DUPUY Anatole, vigneron, nommé garde champêtre

          13 septembre 1926 : Le C.M. vote la somme de 100 F. pour aider les jeunes gens à payer le bal à la fête patronale.

Suppression de la sous-préfecture de Montmédy ( Lissey en dépendait )

          1927: 28 juin 1927: Construction des bancs de l'église par Lucien CHOTTIN de Verdun (8600 F).

                       7 juillet 1927: Travaux à l'église: 62006,13 fr. Trouslard Vital d'Ecurey.Adj, 3761.13 fr de rabais

                      27 août 1927: MINISTERE DE LA GUERRE. GENIE. Avis administratif

          Le Préfet de la Meuse fait connaître à qui il appartiendra, que, par acte administratif en date du 22 août 1927, enregistré gratis à Verdun, le 27 août 1927, l'Etat à acquis des propriétaires dénommés ci-dessous, moyennant la somme ci-après indiquée, diverses parcelles de terrain nécessaires à la création du cimetière militaire définitif allemand de Lissey sur le territoire de Lissey (Meuse), à savoir:

          1°) M. Henri-Louis-François DE CHARDON et Mme Alice-Marie-Louise MOLE, son épouse demeurant ensemble à Verdun, rue du Rû, n° 10.

          2°) M. Lucien-Marie-Joseph-Alfred DE CHARDON, demeurant à Montmédy: 53 ares 12 centiares de terrain lieudit "La Bergerie" sous le n° 10 de la section A, moyennant la somme de MILLE SEPT CENT DIX NEUF Francs quatre-vingt-dix centimes.

          Les intéressés sont prévenus que cet acte va être transcrit au bureau des Hypothèques de Verdun et que , dans la quinzaine de la transcription, les privilèges et hypothèques conventionnelles, judiciaires ou légales doivent être inscrits conformément à l'article 17 de la Loi du 3 mai 1841, sous les déchéances y exprimées.

          Verdun le 27 août 1927 - Pour le Préfet et par délégation spéciale en date du 22 Octobre 1926. - Le Sous-préfet de Verdun, Signé : CAMPION.

          1929: 23 mai 1929 : Prosper  RICHARD, maire ( 1853 ), rentier. RICHARD Théotime (1864), adjoint ( rentier ).

Conseillers : RICHARD Jules(1893), RICHARD René(1897), LAVALLEE Adolphe(1877), COLLIN Eugène(1866), RICHARD Arthur(1889), PERIGNON Gabriel(1901), LEPLOMB Jean(1902), ROUYER Marius(1888), tous cultivateurs..

          18 juin 1929 : Le Conseil décide de faire ériger le monument aux morts de la Grande Guerre, place de la mairie ( 16 tués pendant la guerre de 14-18) 

          25 juillet 1929 : Construction du monument confiée à M. BODARD de Longuyon :5,20 m de      hauteur, poilu = 1,85 m ; 2,15 m avec le drapeau

 

 

A NOS GLORIEUX SOLDATS MORTS POUR LA PATRIE

 

ROUYER Emile ( 4 octobre 1914 ), SIROT Basile ( 27 novembre 1914 ), ROUYER Fernand ( 7 mars 1915 ), ROUYER René ( 11 mars 1916 ), RICHARD Jean ( 20 mai 1916 ), BERNARD Paul ( 7 juin 1916 ), RICHARD Vital ( 16 juin 1916 ), ROUYER Jules ( 4 septembre 1916 ), ROUYER Maurice ( 17 mars 1917 ), QUINTALET Alfred ( 28 mars 1917 ), PERIGNON Jean ( 29 novembre 1917 ), COLLIN Jules ( 9 décembre 1917 ), ROUYER Charles ( 17 mars 1918 ), DESEAUX Louis ( 31 août 1918 ), QUINTALET Georges ( 24 septembre 1918 ), COLLET Théodule ( 28 septembre 1918 ), PILLOT Léon ( 1919 ).

Victimes civiles: LAMOUREUX Nicolas ( Tué le 26 août 1914 ), FALLET Léon ( 24 octobre 1914 ), METEL Serge ( 9 avril 1945 ), LOUIS Pierre ( 6 novembre 1950 ).

          1930: 17 juillet 1930: Réfection du clocher de l'église par entreprise MONTI

          10 août 1930 : Le Conseil accepte le devis de réparation du clocher et de la toiture de l’église ( 10.000 F. )

          21 septembre 1930: Inauguration du monument aux morts

          1931: 184 habitants

         1 janvier 1931: Création de la caisse communale de prévoyance et de secours contre la mortalité du bétail. Président GERVAIS Louis

          Début des travaux de construction de la voie stratégique ( la concession date de 1922/1923 ), terminée en 1934. Elle venait de Vouziers, passait au nord de Damvillers, traversant Romagne, Dun, Saulmory, et au sud de Billy-sous-Mangiennes, pour atteindre Barancourt et de là Thionville (70 km, parallèle à la frontière franco-belge). L'ouverture eut lieu le 12/04/1935.

          Cette ligne, dénommée radiale stratégique, est poursuivie par la malchance. Elle est bien tracée, avec un bon profil, des raccordements avec les autres lignes, et n'a pas de passage à niveau. Mais elle traverse des contrées très peu peuplées, et n'est pas sur les courants de trafic porteurs.

           Elle ne servit qu’au transport des matériaux de la ligne Maginot et à celui des troupes en 1939. Déposée par les Allemands, en août/octobre 1942, qui en convoite le matériel de voie, elle fut déclassée de 1951 à 1954 et jamais remise en état.

          Cette ligne croisait ‘’Le Varinot’’ au km 41.3 entre Bréhéville et Lissey-Ecurey. L’entreprise Trot dévia la voie étroite pour bâtir un pont en béton relié de chaque côté à deux remblais de 200 m sur lesquels fut reposée la voie. Le petit train utilisa cette voie neuve de 1934 à 1938.

          1932: 14 avril 1932 : Gustave RICHARD ,maire, retraité ( 1890 ). LAVALLEE Adolphe, adjoint, cultivateur ( 1877 ). Conseillers: RICHARD Jules, RICHARD René, COLLIN Eugène, RICHARD Arthur, PERIGNON Gabriel, ROUYER Marius, RICHARD Gustave, RICHARD Jean Philogène, SIROT Constant.

          22 avril 1933:RICHARD Jules, nommé adjoint, cultivateur, ( 1893 ).

          18 juin 1932: Mur de soutènement du cimetière réparé

          1933: Première T.S.F, chez Mr. RICHARD Charles. Il s’agissait d’un poste en deux parties, le haut-parleur étant à part. Ce monsieur étant non voyant, c’était une bonne raison pour faire cette acquisition ( Marc Richard).

          1934: 5 avril 1934 : cinquantenaire de la loi municipale du 5 avril 1884

Séance extraordinaire pour exprimer l’attachement des conseillers aux institutions républicaines et leurs gratitude aux grands hommes qui avec Jules FERRY ont dotés les communes de leur charte actuelle.

          30 avril 1934 : Le Conseil Municipal proteste contre l’ordre donné par les Ponts et Chaussées, d’enlever les tas de fumiers en bordure de chemins d’intérêt communal

          1935: 19 mai 1935 : RICHARD Gustave, maire, retraité ( 1890 ). PERIGNON Gabriel (1901). Adjoint, cultivateur.

Conseillers : ROUYER Marius(1888), COLLIN Eugène(1866), RICHARD Jean(1884), SIROT Constant(1869), CHABOT Narcisse(1901), COLLET Ernest(1907), RICHARD Arthur(1889), RICHARD René(1897).

          1936: 176 habitants                                                                                                                                                                                                        Cessation de l’exploitation du petit Varinot, chemin de fer à voie d’un mètre qui desservait bon nombre de communes entre Montmédy et Verdun. Entré en service en avril 1914, il fut remplacé par un service d’autocar (les rapides de la Meuse) encore en service actuellement.(Marc Richard).

          05 avril 1936:Chez les sapeurs pompiers (20 hommes): A la suite d'une inspection, M. le commandant PITON exprime dans un rapport élogieux la satisfaction qu'il éprouvait de la bonne tenue des sapeurs pompiers et du matériel d'incendie de Lissey et propose son chef pour un grade supérieur. En conséquence, M. RICHARD Jean a été promu au grade de lieutenant. 

          Septembre 1936: Fouilles effectuées au Châtelet par René Cazin et Jules Duchêne

          1937: 29 avril 1937: BERNARD Charles, vigneron, plafonneur, nommé garde champêtre en remplacement de Mr. DUPUY décédé.

          1938: 20 juin 1938 : Fermeture officielle de la ligne de chemin de fer Montmédy- Verdun

          Ecurey est autorisé à prendre le nom de : Ecurey-en-Verdunois. (Décret du 3 novembre 1938. Bulletin officiel du Ministre de l'Intérieur)

          Emile RICHARD: instituteur

          1939: 79 maisons

          20 février 1939: URBAIN Pierre Alcide nommé garde-champêtre

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau