Toponymie

          Liste des lieux-dits du cadastre :

 

 

          Les Arpents - Le grand Etang - La Bergerie - Le grand Bouvret - Entre deux noues ( noue signifie endroit bas et humide )- La Culée - Le pont de la franche Chaux (Sault) - L’Escarcelle - Bergaux - Pièce Guillaume - La Mort cent francs (Sous la Révolution les  prêtres réfractaires à la constitution, devaient se cacher et risquaient d’être dénoncés. Le dénonciateur touchait à l’époque la somme de 100 F. L’expression "la mort cent francs" n’a pas d’autre origine.) - Les hommes morts ( il pourrait s’agir d’une ancienne nécropole. Mgr. Aimond, Histoire des Lorrains, p. 81 )- Petit gué - La Mairie ( prés-fiefs )- Mivaux - La petite fin - Pâquis le Bourgeois - La grande Vanne - Les prés Devaux - L’Etang de la Reine - Les Vauzelles Mathieu - Les Pâtureaux  (lieu où l’on faisait paître les boeufs) - Prés Anglais ou Auglas - Les Comètes - Bois des Lissurieux - Aux Cramaux - L’Epinel -Champ Daby – Jonquettes ( lieu planté de joncs ) - Livressot - Grosse Haie - Croix Somon - Hailessaux - Martignonprés - Rouzières - Le Brut - Les Vieux - Haie-Moulin - Les Clous - Babelette - Les Plantes - Sous la Ville - Au Tuchand - Au Gland - Le Houy - Platel - Champ Vely - Mivaux - Les Montes - Le Chatelet - Aux Hugresses - Au Vignoble - Aux Fosses - Bissury - Le Rupt Saint - Gabrion - Aux Chapelles - Les Cloyettes - La Goulette - Plantes Thiébaut - Le Clozeret - Les Royses - Pré le Taureau (prairie affectée au reproducteur banal ) - Les Vignes basses - Les Quarelles - Créton (crevasse)- Au Sorbier - Les Grandes Vignes - Le Grand Chapitre - Chigeline - Les Massières - Les Fauchères - Côte Dodin - Les Piquerelles - Les Courtis ( jardins ) - Fossé Pierreux - Les Teinturières - Les Vaturaux -Vigne l’Abbé ( vigne appartenant au curé )- Les Fondits - Les Jonneselles (voir plus bas) - Le Chaufour (probable présence d'un ancien four à chaux)- Les Babelettes - La petite Lissey - La Garenne - Le pré Minon (rappelle le trèfle des champs –trifolium arvense L - , vulgairement nommé Minon ou Pied de lièvre )- La Pouillette - Les Ermitages (traces linéaires repérées en 2004, par prospection aérienne; structures fossoyées; enclos ?) - Champ Maugras - Les Rochières - Les Logettes - Les Groseilles - Les Trimelles - Les fontaines Dieux - Les Grèves - Le Harbon - Voie Giraud - Chemin de Dun - L’Huilerie - La Feuillatte - Champ de Pâques ( champ où croît spontanément la paquette, le buis )- Le ‘’ Champ de Pâques ‘’ en pleine forêt, cultivé pendant longtemps - Le Haut Chemin (serait une ancienne voie romaine) - La borne trouée (borne qui marquait, au moyen-âge, la séparation de Ecurey, appartenant à l’Evéché de Verdun, de Lissey, appartenant au Luxembourg). Chemin de la sarisette.

 

          Croix du chemin de Breheville, Croix Piget (actuellemnt Croix blanche), Croix Somon, Croix du calvaire (à l'intersection du chemin de Ecurey à Lissey , du chemin de Lissey à Peuvillers et de la grande Ruelle), Croix verte.

 

          Chemins

Chemin du gros chêne

Chemin de haie moulin

Chemin rural dit de devant la petite Vanne

Chemin rural dit de Rupt Saint

Chemin rural dit du Chemin neuf

Chemin rural dit de l'Etroite noue

Chemin rural dit de Sous les Comètes

Chemin de remembrement dit des Prés Devaux

Chemin rural dit du Grand Etang

Chemin rural dit du Houy

Chemin rural dit de la Culée

Chemin rural dit de la grande Culée

Chemin rural dit du grand Bouvret

Chemin rural dit du haut Chemin

Chemin rural dit des Hommes morts

Chemin latéral du chemin de fer

Chemin rural dit de la petite Rouzière

Chemin de la Sarisette

Chemin dit de la Chalade

 

 

          Sentiers

Sentier de Lissey à Haie Moulin

Sentier au dessus des Grandes Vignes

Sentier de Dun

Sentier du Châtelet

Sentier des Côtes Dodin

Sentier dit du Sorbier

Sentier dit des Jardins

Sentier de la Sarcelle

Sentier dit des Trimelles

Sentier dit des Hautes Jonneselles

Sentier de Saint Germain

Sentier des Courtis

Sentier des Piquerelles

Sentier des grandes Vignes

Sentier au-dessus des grandes Vignes

Sentier sous les grandes Vignes

Sentier des Vignes basses

Sentier de sous Entre deux Ruelles

 

          2013: Jonneselles

          Il y a quelques années, nous avons revu la dénomination des rues de notre village. En particulier, nous avons appelé, du nom du lieu-dit qui se trouve à proximité et sans connaître la signification du mot, "Chemin des Jonneselles", celui qui mène chez Mr et Mme Didot.

            Il se trouve que j'ai eu l'occasion de rencontrer Mr Jean Lanher, linguiste et historien lorrain, spécialiste de dialectologie, professeur émérite de l'université de Nancy, bref la personne, on ne peut plus compétente, pour m'éclairer sur le sujet. Je l'ai interrogé sur la signification du mot "jonneselles".

            Celui-ci nous propose l'analyse suivante:

            En patois (car il faut toujours chercher l'origine patoise, sans se fier à la graphie mais plutôt à la phonie), "jonneselle" se décompose en deux mots:

            "jone, jonne": a le sens de jeune, nouveau, ce qui est récent...

            "selle, celle": pourrait avoir le sens de: cellier, cave, lieu construit près de l'ermitage, grange... (D'après Jeantin, on appelait "celles", des petits monastères, de second ordre, parce qu'ils se composaient de deux ou trois cabanes, autour de la cellule d'un ermite. Les chroniques de l'Ardenne et des Woepvres, tome II, p. 177).

            Monsieur Lanher interprète donc le mot "jonneselle" (et sans lui avoir parlé préalablement des lieux-dits "les Ermitages et les Fontaines Dieux" qui se trouvent à environ 200 mètres) comme étant une extension , une nouvelle construction, une cave, une grange dépendant d'un ermitage proche.

            Cette explication me séduit au plus haut point, d'autant plus qu'entre ces lieux-dits se trouve un autre lieu-dit appelé "le Chauffour" (existence probable de fours à chaux), le tout formant, à mon sens, un ensemble cohérent, réparti sur 200 mètres, qui aurait été occupé par des moines, ce dont je parle un peu plus loin dans "Miettes d'histoire". Il est certain que l'étude étymologique des lieux-dits peut nous permettre de reconstruire l'histoire ancienne de nos localités, en étudiant les chartes, en y réfléchissant, en se rendant sur le terrain et on en comparant les termes avec les lieux-dits, cependant c'est une affaire de spécialiste...

            Mais ceci n'est qu'une interprétation et non une certitude.

            Et pour rester dans le domaine du nom des rues de notre village, il me reste à découvrir qui était ce "Jean Adam" qui a également donné son nom à une de nos rues.

 

 

Commentaires (1)

1. Bodenan anne marie 27/07/2015

Bravo, je suis entrain d essayer de faire vivre le village de Pillon en partant de la généalogie et de l histoire. Bravo car pas facile d expliquer avant 1700 pour que les habitants du village arrivent à me suivre.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau